Journée internationale des Droits de la Femme-L’Ambassadrice Iancu appelle à la vigilance contre les injustices faites aux femmes


28-March-2013

L’Ambassadrice Iancu entourée de deux ministres seychelloises – Mlle Idith Alexander (à gauche) et Mme Macsuzy Mondon

S’adressant aux ministres, juges, parlementaires et d’autres invités à sa résidence à La Misère, Mme Iancu a déclaré que cette prise de conscience, chacune à son niveau et dans sa sphère de compétence, est nécessaire pour tenter d’améliorer le sort des femmes qui vivent de manière « insatisfaisante »

« Ce destin, parfois funeste, peu enviable, douloureux, faisant d’elles, des victimes impuissantes de guerre et de révolution diverses ».  Elle a cité les mariages forcés, la violence conjugale, les violences sexuelles, l’excision et la privation.

« Forte de ce qui constitue notre identité profonde, de ce qui nous rapproche, et au-delà de ce qui aurait pu nous séparer, dont histoires, géographies, cultures multiples, nous n’avons d’autres choix que de rester vigilantes, mobilisées et réactives ».

S'agissant des Seychelles, qui selon l’Ambassadrice de France étaient très dignement représentées le soir, par deux ministres, une juge à la Cour Suprême, une juge à la Cour d’Appel, une secrétaire générale, six secrétaires principales, seize directrices du secteur public ainsi que des chefs d'entreprises, elles sont, par le biais de leurs plus hautes autorités, pleinement mobilisées sur la question. Un prix récompensant l'œuvre des femmes vient du reste d’être institué le 8 mars par le gouvernement.

Le Woman’s Day Community Service Award sera lancé, en 2014, afin de récompenser les meilleurs projets, mis en place par des femmes, dans chaque district. Un jury, composé notamment de l’association Seychelles Woman’s Day Association, évaluera ces projets et récompensera les femmes les plus méritantes.

Depuis plusieurs années, le gouvernement mène une politique active visant à réduire les violences faites aux femmes, par le biais du Plan d’action national contre les violences basées sur le genre, lancé en 2010 par le ministère de la Santé et du Développement Social.

Mme Iancu a également salué d’autres initiatives, comme le lancement aux Seychelles de la plateforme « Entreprendre au Féminin dans l’Océan Indien » (EFOI), qui rejoint ainsi le réseau mondial des « Femmes Chefs d’Entreprises ». Saluons les nombreuses Seychelloises à la tête de différentes organisations publiques ou privées.

« Les Seychelles se sont aussi distinguées par la ratification des traités des Nations unies sur les droits de l’homme, ainsi que les instruments régionaux visant à promouvoir l’égalité des sexes, notamment à la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, conformément aux termes de la Constitution.

Rappelons aussi la signature du protocole du genre et du développement de la SADC, dont l'un des objectifs est l'égalité homme/femme aux postes décisionnels d’ici 2015. Enfin, signalons la politique du genre de la Commission de l’Océan Indien.

Vous me permettrez de saluer ici l’octroi de l’Ordre de l’Etoile et la clé de l’OI, par l’Ile Maurice, à une diplomate seychelloise chevronnée, Mme Jeannette d’Offay, conseiller spécial du Ministère des Affaires étrangères.

L’Ambassadrice de France a finalement rappelé à ses invités que le sujet des droits de la femme n’était pas clos ce soir-là.

Send your comment :

Name *

Email *

Comment *