Basket-ball – Pro A en France-« Pour continuer à évoluer, il fallait que je me lance un nouveau défi »


15-June-2013

Sylla n’évoluera pas sous les couleurs du SLUC lors de la saison 2013/2014, mais avec L'Elan Béarnais Pau-Lacq-Orthez

Le club du Pro A et le joueur viennent de trouver un accord pour mettre un terme à leur collaboration. Le joueur à qui il restait une année de contrat, a signé à L'Elan Béarnais Pau-Lacq-Orthez, qui vient de faire son retour dans l’élite.

L’autre recrue du club vert et blanc est le meneur de jeu américain Michael ‘Juice’ Thompson (né le 09.02.1989 à Chicago, 1.77m).

C’est pour des raisons sportives que Sylla avait fait part, de son désir d’entamer un nouveau cycle, ailleurs, qu’au SLUC. Et soucieux de préserver des bonnes relations avec le joueur, qui a passé 3 ans au centre de formation, le club a accédé à sa requête.

A signaler que le nom de Sylla ne devait pas figurer dans la colonne « départs » parce qu’il était sous contrat avec le SLUC Nancy jusqu’en 2014 sans clause libératoire.

Sylla avait fait partie lors des saisons 2011/2012 et 2012/2013 de l’effectif professionnel  du SLUC (moyenne lnb : 23 matches joués ; 9 minutes de temps de jeu, 3 points). Il aura, aussi, goûté à l’Euroleague (11/12), coach Monschau le faisant, même, débuter, dans le cinq de départ contre l’Olympiakos le 22 décembre 2011.

Dans une interview accordée à Anthony Guille avant son départ du SLUC, Sylla avait dit que « Nancy restera toujours ma maison ».
Nous vous invitons à lire l’intégralité de l’interview.

Abdel Sylla, pour quelle raison vouliez-vous quitter le SLUC avant le terme de votre contrat ?

Abdel Sylla : Simplement pour relever un nouveau challenge. J’ai passé des moments merveilleux à Nancy mais je sentais que pour continuer à évoluer, il fallait que je me lance un nouveau défi, que je me mettes en danger. Le club a accepté ma demande.

Ce nouveau challenge, vous auriez aussi pu le relever à Nancy puisque le club va débuter un nouveau cycle avec Alain Weisz au coaching en remplacement de Jean-Luc Monschau…

Abdel Sylla : C’est sûr. Mais j’ai pris ma décision de partir avant même la nomination du coach.

Quand l’avez-vous prise ?

Abdel Sylla : Un peu après la dernière journée de saison régulière (Ndlr : le 30 avril). J’ai pris un peu de recul, j’ai réfléchi. Finalement, j’ai jugé que c’était la meilleure solution.

Vous tourniez à 2,8 points, 2 rebonds et 3 d’évaluation en 9 minutes cette saison en Pro A mais vous n’avez jamais joué plus de 9 minutes en moyenne depuis 2009. Avez-vous le sentiment qu’on ne vous a pas laissé suffisamment votre chance ou que vous n’avez pas su la saisir ?

Abdel Sylla : Je ne rentrerai pas dans ce débat. Le temps de jeu, ça peut se discuter mais ça se mérite. Parfois, j’ai fait le nécessaire pour le mériter, parfois pas sans doute. Je retiens surtout le meilleur. Nancy restera toujours ma maison. Je n’oublie pas que c’est le SLUC qui m’a accueilli en France en novembre 2007 alors que je venais des Seychelles. Je pars avec de grands souvenirs, le titre de champion de France en 2011, ma présence dans le cinq majeur de la saison Espoirs (Ndlr : en 2010-2011), le Trophée du Futur (en 2011 également). Je remercie le centre de formation et en particulier Pierre Verdière, Jean-Luc Monschau, le président Fra, mes coéquipiers, les supporters qui ont cru en moi… Ce n’est pas un livre qui se referme, juste un chapitre.

Send your comment :

Name *

Email *

Comment *