Compensation carbone et préservation de la biodiversité des Seychelles :-Le projet de 10 000 arbres lancé à l’Ile Persévérance


20-June-2013

 Cérémonie pendant laquelle les invités ont planté plusieurs fruitiers et des plants de bred mouroung sur une partie de l’Ile Persévérance.

Ce programme, financé par le gouvernement des Seychelles, l’Union Européenne et le Conseil Général de la Réunion à un coût de 165 000 euros, vise à contribuer au développement durable des Seychelles par le biais de trois activités majeures : le reboisement de l’Ile Persévérance et  des zones côtières de La Digue et des terrains ravagés par le feu à Praslin et  Curieuse ; la création à la Digue d’un arboretum des espèces indigènes communes aux Seychelles et à La Réunion ; et la création d’une réserve biologique sur l’Ile Curieuse avec des espèces endémiques indigènes.

C’est le Président de la République des Seychelles, M. James Michel, et le Président du Conseil Général de la Réunion, M. Didier Robert, qui ont lancé cette initiative il y a deux ans.

L’Union Européenne a également décidé d’épauler le programme, à la suite de sa décision en 2012 de prendre en compte l’utilisation des terres, leur changement et la foresterie dans ses engagements en matière de changement climatique.

Confiée la mission de partenariat par le Conseil Général de la Réunion, la CIRAD (Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique) a mené une mission exploratoire aux Seychelles l’année dernière, mission qui a marqué le démarrage du projet. Les ministères responsables de l’habitat et de l’agriculture et des ONG locales y participent également.

C’est le Ministre de l’Environnement et de l’Energie, le professeur Rolph Payet, qui a procédé au lancement de ce projet en présence de l’Ambassadrice de France aux Seychelles, Mme Geneviève Iancu, du directeur régional du CIRAD, le docteur Gilles Mandret, du secrétaire général chargé de l’environnement et de l’énergie, M. Wills Agricole, ainsi que d’autres cadres supérieurs du même ministère, et des enseignants et enfants de l’école primaire de l’Ile Persévérance.

Le Ministre Payet en train de planter un fruitier

Dans son discours, le professeur Payet a souligné que « des sceptiques questionnaient le bien fondé de planter 10 000, 20 000 ou même 40 000 arbres, disant que les Seychelles ont trop d’arbres dont certains sont vieux et paraissent dangereux ». Le ministre s’est donc saisi de l’occasion pour rappeler que le monde reste menacé par des phénomènes climatiques, dont l’importance de ce projet de reboisement.

Il a cité les récents intempéries et inondations avec les conséquences graves et couteuses dans des districts sur le côte est de Mahé, à Port Louis à l’Ile Maurice, les feux de forêts aux Etats Unis, les inondations en Allemagne et en République Tchèque, comme des événements qui nous rappellent que nous devons continuer à œuvrer pour la protection de la planète.
Le ministre Payet n’a pas manqué de remercier tous les partenaires qui ont contribué à la réalisation de ce programme,  qu’il a qualifié d’important et de bon exemple de partenariat entre le nord et le sud.

L’Ambassadrice de France a, quant à elle, décrit l’initiative de « projet formidable, tant par sa symbolique que par la réalité concrète, vivante, projetée vers l’avenir, qu’elle représente ». Elle a assuré que cette action commune renforcera la vitalité déjà existante dans les liens entre l’Union Européenne dont La France fait partie, et les Seychelles.

Les invités et habitants de l’Ile Persévérance ont participé au projet de reboisement de l’île artificielle

« Notre priorité aujourd’hui est de valoriser nos efforts à tous, Français, Européens et Seychellois, en faveur de la protection de l’environnement », a-t-elle dit.
D’après le directeur du CIRAD, le docteur Gilles Mandret, ce programme a également une grande importance à l’échelle mondiale :

« Ce projet a une grande importance au sein de la communauté scientifique international dans le cadre de ce que va se faire ici, c'est-à-dire une île entière consacrée à la recherche, rajoutée à la reproduction d’espèces végétales. »

La cérémonie de lancement du projet a été animée par des enfants de l’école primaire de l’Ile Persévérance qui ont  interprété des chansons et des poèmes sur la protection de l’environnement.

A noter que cette opération ne constitue qu’une première piste de lancement d’une coopération entre, pour la partie française, le CIRAD, et pour la partie seychelloise, le ministère de l’Environnement et de l’Energie, le parc national de Curieuse, l’Agence Landscape and Waste Management, l’Agence agricole, le centre national de biodiversité et l’ONG TRASS.

Send your comment :

Name *

Email *

Comment *