Culture : Héritage Takamaka invité en France


30-December-2015

C’est sur les atouts artistiques et culturels que le Comité Culturel de Takamaka a surtout misé pour que le village du sud de Mahé remporte le prix du meilleur district culturel des Seychelles au début de ce mois.

Parmi ces richesses, on peut citer de nombreux exemples tant au niveau de son héritage naturel, bâti, artistique que vivant.

A niveau naturel, ce sanctuaire souvent encore dans son état pur a été béni de sans doute le plus grand nombre de plages aux Seychelles, dix-sept au total. Pendant le vent du sud-est entre les mois de mai et octobre – période qui représente également l’hiver austral – deux de ces anses disparaissent malheureusement sous les vagues. Une située entre Anse Intendance et Anse Takamaka, et l’autre entre  Anse Marie Louise et Capucins, c’est sans doute ces six mois d’absence qui font qu’elles semblent n’avoir jamais été baptisées, du moins officiellement. Pour celles portant un nom, les citer une après l’autre suffit à faire rêver tout touriste potentiel : Bougainville, Petite Parnel, Anse Parnel, Anse Forbans, Anse Marie-Louise,  Petite Marie-Louise, Capucins, Petit Boileau, Police Bay, Petite Police, Bazarka, Anse Corail, Anse Cachée, Intendance et Anse Takamaka.

On dénombre également plusieurs sites naturels à la fois uniques et attirants. Parmi : Roche Cap Maçon, Roche Pigeon, Roche Chaudière, sans compter ses nombreuses rivières comme Sipion et Caryol et les montagnes comme Pierre Henri et le village traditionnel et unique de Dan Penpen, situé dans les hauts entre Takamaka et le village voisin de Baie Lazare.

Les eaux de Takamaka sont riches en bancs de pèche tels Rocher, Corail Mondon, Tokos et Maruia. Il n’est guère surprenant que c’est également un village de pêche où les pécheurs expérimentés viennent s’ajouter aux nombreux ouvriers traditionnels comme les planteurs de tubercules, maçons, charpentiers ou autres artisans.

Si ces artisans sont les maîtres d’œuvre d’un artisanat varié parmi lequel s’illustraient autrefois la fabrication de pirogues ou les paniers en bambous et s’illustrent encore celle de sacs en vacoas et de rideau en rafia, les maçons et charpentiers ont créé un héritage bâti digne de période coloniale et à trouver  nulle part ailleurs. Fièrement debout sur la colline des Quatre Bornes est l’église de Sainte Marie Madeleine, entourée de part le village d’au moins une douzaine de maisons traditionnelles relativement bien gardées, des ruines d’Anse Corail et de Capucins, la grande croix de Maravi, la station de police, le phare de Grand Police sans oublier le calorifère et l’ancien et l’actuel cimetière de Takamaka.

L’héritage artistique et vivant de Takamaka offre parmi les meilleurs danseurs de kanmtole et chanteuses de romance du pays. Au niveau de la musique et de la chanson, des belles voix telles Raymond Libanotis, Jeanette Bristol et Jahmi y brillent encore. Les succès nationaux comme Ion kid, Chico et Sandra sont aussi originaires de Takamaka. A ne pas également oublier les anciens comme Ange Bristol, Antoine Dodin, Archange Mirabeau et le défunt Gabby qui circulait avec sa triangle, et les groupes comme ‘Sidonie and the Nightingales’, ‘Ravazer’,  ‘Darc Clowds’, ‘Kazak’ et plus récemment ‘Storm’.

Takamaka est aussi berceau d’un grand groupe de poètes et d’écrivains seychellois, et parmi des plus belles plumes du pays: Leu Mancienne, Bernard Valentin, Michel Savy, Justin Valentin, Tony Joubert mieux connu comme Ras Pyek, Vincent Milihius, Aryiel Bonne et peut-être d’autres.

Dans le cadre de sa participation au Concours Culturel Interdistrict, Takamaka a réuni beaucoup de ces artistes au sein de l’Héritage Takamaka, la troupe culturelle du village qui est venue remplacer celle qui a cessé d’exister depuis une vingtaine d’années. Malgré seulement quelques spectacles à son actif délivrés au Restaurant rustique et typiquement créole de Chez Baptista, l’écho du folklore renouvelé de Takamaka est déjà arrivé jusqu’en France.

En effet, le consul des Seychelles en Normandie Francis Herbet a invité Héritage Takamaka à participer à la commémoration dans la région française du quarantième anniversaire de l’indépendance des Seychelles, le 29 juin prochain. Ce sera l’occasion pour ces artistes d’assurer la promotion non seulement de Takamaka et ses richesses, mais de toutes les Seychelles en France. M. Herbet a aussi confirmé l’étude en cours d’un projet de jumelage entre Takamaka et le district voisin d’Anse Royale avec chacun une ville normande.

A part la préparation pour la sortie en France, le Comite Culturel de Takamaka s’apprête à changer de statut pour devenir une Organisation non-gouvernementale (ONG) qui portera également le nom d’Héritage Takamaka. Parmi les prochains grands projets du collectif culturel et artistique qui travaille en étroite collaboration avec son administration de district, comprend la création d’un centre culturel avec salle de spectacle, bibliothèque et espace de travail et de vente pour les artisans.

A noter que la région française de Normandie comprend parmi d’autres, les villes suivantes : Le Havre, Rouen, Evreux, Dieppe, Harfleur, Bernay, Grand Quevilly, Petit Quevilly et Vernon.

 

 

 

 

Send your comment :

Name *

Email *

Comment *