La Réhabilitation des écosystèmes insulaires-Don de 460 000 euros de la France


28-January-2005

M. Faye, en compagnie du Ministre Ronny Jumeau (photo droite), adresse les invités M. Faye, en compagnie du Ministre Ronny Jumeau (photo droite), adresse les invités

C'est l'ambassadeur de France aux Seychelles, M. Claude Faye, qui a donné le coup d'envoi de ce projet portant sur la réhabilitation des écosystèmes insulaires.

M. Faye a fait cette déclaration mercredi soir au cours d'une réception à sa résidence, à La Misère. Le Ministre de l'Environnement et des Ressources Naturelles M. Ronny Jumeau, le sécrétaire général de l'Environnement M. Rolph Payet et d'autres individus qui militent pour la conservation de l'environnement étaient également présents à cette réception.

C'est le Fonds Français pour l'Environnement Mondial (FFEM) qui financera en grande partie ce projet, dont la mise en oeuvre sera mené par la Fondation pour la Conservation des îles (ICS). La signature d'une convention entre les autorités françaises et seychelloises pour la réalisation du projet est prévue dans quelques jours. 

La réhabilitation des écosystèmes insulaires sera centrée sur l'atoll de Cosmoledo, l'Ile du Nord, Conception, Anonyme, Aride, parmi d'autres îles. Son objectif principal est l'éradication des rats (ainsi que des chats sauvages), des martins-chasseurs et des chouettes effraies. Ils seront remplacés par plusieurs espèces endémiques telles des oiseaux, des tortues géantes et des insectes.

A part le FFEM, plusieurs autres organisations nationales et internationales ont déjà promis des dons financiers importants envers l'aboutissement de ce projet. La ICS doit recevoir une somme de 50 000 euros comme contribution des organisations étrangères et un peu plus de 600 000 roupies des parténaires locaux.

Dans son discours pour lancer ce projet, M. Faye a signalé que la conservation et la réhabilitation de l'environnement sont des sujets que "tient à coeur la France, en particulier son président, M. Jacques Chirac."

M. Faye a décrit la nature de la conception de ce projet comme unique, car il a réuni des acteurs publics, le ministère seychellois de l'Environnement et des Ressources Naturelles, des partenaires privés ainsi que des organisations non-gouvernementales.

Ce projet n'allait pas aboutir sans des efforts concertés de la part de tous ceux qui sont concernés par l'environnement.

Pour sa part, M. Adrian Skerrett, président de la Fondation pour la Conservation des îles, a expliqué que la contibution de 460 000 euros faite par le FFEM est "la plus importante et essentielle pour la réalisation de ce projet ambitieux."

Ce projet, a-t-il a ajouté, représente également un défi technique très important, tout en  souhaitant qu'il soit un succès.

Le directeur exécutif de l'ICS, le Dr. Gerard Rocamora a expliqué, quant à lui, qu'à travers ce projet les experts développeront des savoir-faire et des techniques scientifiques qui seront adaptés sur les différents types d'îles et qui pourront aussi être exportés dans le monde.

Il a souligné l'importance capitale des petites îles pour le futur de la biodiversité dans notre pays et les autres Etats insulaires du monde.

L'urgence de réhabiliter progressivement le plus grand nombre possible de ces petites îles est aussi une nécessicité selon le Dr. Rocamora.
En ce moment, il a dit, il y a 622 héctares de terrain sans rats, ni chats et après la réalisation de ce projet, qui s'étalera sur une période de quatre ans, ce chiffre devrait passer à 892 hectares. Celui-ci représentera une augmentation de 43%.

Aride est l'une des îles qui fera partie du projet ambitieux

 

 

Print