Jeux Olympiques de Londres du 28 juillet au 12 août, 2012-L'Esprit Olympique pour la paix et la stabilité dans le monde


09-August-2012

Trois fois les épreuves ont été annulées en 1916, 1940, et 1944 à cause des conflits mondiaux. La guerre froide entre les blocs de l'Ouest et de l'Est ont provoqué un boycott et perturbé les compétitions de 1976, 1980, 1984.

Malgré les guerres civiles, les sportifs d'Afghanistan, d'Irak, de Somalie ou du Mali ont pu à chaque fois représenter leur pays.

Une jeune nageuse, syrienne originaire d'Alep – théâtre actuellement de violents combats – qui est venue six mois à Rouen pour s'entraîner, ne vit pas bien la situation dans son pays. « Je n'ai pas de nouvelles, rien ne passe, internet, le téléphone tout est bloqué, que deviennent mes proches? Bien sûr je suis contente d'être à Londres mais mon esprit est ailleurs ».

Après avoir conquis de haute lutte la médaille d'argent du 20 km marche, Erick Barrondo premier Guatémaltèque à être médaillé espérait que sa performance encouragerait les enfants de son pays à poser les pistolets et couteaux et à enfiler une paire de basket à la place.

Des sportifs malgaches ont salué les efforts de Son Excellence M.  James Michel, le Président de la République des Seychelles, pour faire revenir la stabilité et la paix sociale à Madagascar.

« Plus rien ne marche dans notre pays, même le sport ! Le pauvre Ali Kamé, pourtant champion d'Afrique du décathlon a été disqualifié sur 110m haies. Aucun des dirigeants présents ne l'avaient informé qu'il n'avait pas droit au moindre faux départ, règlement en vigueur déjà l'an dernier et qui avait touché Usain Bolt lors des championnats du Monde en Coreé.

En effet la délégation, composée de sept sélectionnés, avaient pourtant quarante huit officiels pour les encadrer. Des gens compétents ont été mis à l'écart.

Francis Herbet

Print