Participation seychelloise aux Assises sur l’enseignement et la formation techniques et professionne


10-October-2012

La délégation seychelloise en compagnie de la délégation mauricienne aux Assises. De gauche à droite : M. J. Alcindor, M. J. Pradeep de Maurice, Ministre Macsuzy Mondon, Mme M-R. Hoareau et M. A. Taher de Maurice

Les assises 2012 organisées conjointement par la CONFEMEN et l’OIF (l’Organisation internationale de la Francophonie), suite aux assises du même genre de Bamako en 1998, avaient pour thème : Quelles compétences professionnelles et techniques pour une meilleure insertion socio-économique des jeunes ?

Placées sous le haut patronage de son excellence M. Blaise Compare, Président du Burkina Faso, ces assises ont connu la participation de 32 pays représentés par leurs ministres, les experts en matière d’EFTP et les représentants du milieu du travail. D’autres représentants de la société civile et des partenaires au développement ont également pris part aux travaux.

Comme objectif général, il s’agissait d’adopter des recommandations et des orientations stratégiques en vue de l’élaboration ou de l’amélioration des plans d’actions nationaux en EFTP. Les travaux des assises se sont déroulés dans trois ateliers basés sur les thèmes suivants : l’orientation politique et les structures gouvernementales; la gestion centrale de la formation formelle et informelle et le développement des compétences, une responsabilité partagée. Divers exposés portant notamment sur le bilan des réformes depuis les Assises de Bamako en 1998 ont été présentés au cours des travaux en plénière.

Parmi les recommandations prioritaires présentées lors des travaux, figurent la mise en place d’une instance pour assurer une meilleure coordination de la formation, d’un système de validation des acquis professionnels et de l’expérience et d’un cadre national de certification dans tous les pays ayant le français en partage.

Il a été également recommandé d’instaurer des mécanismes d’orientation professionnelle et d’informations sur les métiers et les formations et de réglementer et d’appuyer le développement de l’offre privée de formation.
 
Les Seychelles sont membre de l’OIF depuis 1976 et de la CONFEMEN depuis 1980. Notons que depuis l’appartenance de l’Etat seychellois à ces deux grandes instances francophones, les éducateurs seychellois provenant de diverses institutions, participent à leurs conférences, séminaires et ateliers de renforcement des capacités nationales.

Print