L’inauguration du consulat de la République des Seychelles à Grand Quevilly, en France-Un avant goût de Paradis dans la ville


09-January-2013

Nicolle Dion, Jacques Marques (adjoints au Maire de Grand Quevilly) et Son Excellence Bernard Shamlaye, Ambassadeur de la République des Seychelles en France, entourant le Consul Francis Herbet

Plus de cent vingt personnalités du monde économique, culturel et social de la région Haute-Normandie, et des représentants de quarante et une nations des cinq continents s’étaient donné rendez-vous dans le cadre prestigieux de la Grange du Grand Aulnay, admirablement décorée aux couleurs seychelloises et mise aimablement à la disposition des Amis de l’Océan Indien, organisateurs de la manifestation, par la municipalité de Grand Quevilly.
 
Les Seychelles, situées dans l’Océan Indien, découvertes à la fin du quinzième siècle par le Dieppois Jean Cousin, sont composées de 115 îles qui portent le nom des célèbres navires, marins, explorateurs et administrateurs français d’antan.

 L’archipel, français de 1770 à 1810, est devenu britannique et l’est resté jusqu’à l’indépendance en 1976. Peuple métissé qui va du très noir au blanc laiteux, qui n’a pas de préjugés de race ou de religion peut être donné en exemple à d’autres pays trop souvent déchirés par des querelles intestines.

La myriade d’îles qui égrène son collier de perles sur le velours de l’Océan Indien, juste sous la couronne de l’Equateur, possède une origine granitique dont les amas de gigantesques blocs déchiquetés, ravinés, noircis ou blanchis tout au long de millénaires de déluges tropicaux se mêlent à une végétation luxuriante composée de palmiers et cocotiers plantés sur un sable étonnamment fin.

Les parfums envoûtant s’ajoutent à ce spectacle romantique évoquant la création du monde dans une forme de concert de vent et de vagues venant cogner sur la barrière de lagons ensorceleurs.

 Le mariage entre le granitique, la végétation et la mer est un spectacle rare, sauvage et grandiose qui ne peut laisser insensible le voyeur, fût-il le plus blasé.

C’est ainsi que pour tous ceux qui découvrent ces captivants paysages et la chaleur du sourire des habitants, ils font l’effet, aujourd’hui, d’être le dernier paradis terrestre.

Depuis leur indépendance, les Seychelles sont devenues un phénomène de réussite et un exemple de solidarité qui en fait un véritable leader pour la défense des intérêts des petits états insulaires en voie de développement.

Cette position de chef de file a même poussé le gouvernement à proposer sa candidature auprès de l’Organisation des Nations Unies pour être membre du Conseil de Sécurité.

 Cet aboutissement est amplement justifié.

 Tous les « Grands » de ce monde se tournent régulièrement vers James Alix Michel, le Président de la République des Seychelles, pour envisager un échange d’expériences et d’expertise afin de lutter contre la piraterie maritime et combattre le trafic d’argent sale lié aux prises d’otages.

Les Seychellois ont beaucoup œuvré dans le dénouement de la crise politique à Madagascar. Le dynamique gouvernement joue un rôle essentiel dans la définition des objectifs de développement durable qui peuvent être plagiés par les pays qui songent à l’avenir de la planète.

Dès leur plus jeune âge, les enfants apprennent à protéger la nature, les plages et la mer, leurs biens les plus précieux. Les adultes montrent l’exemple en évitant par exemple qu’un bâtiment en construction ne dépasse pas la hauteur d’un cocotier.

 Afin d’accéder à une certaine forme de bonheur, l’état propose à ses ressortissants la possibilité pour tous d’apprendre et de s’éduquer jusqu’à l’université en créole, anglais et français – les trois langues nationales et de se soigner – dans les meilleures conditions selon les techniques les plus modernes.

Le sport, la culture sont ouverts à tous. Comme la démocratie est respectée, la stabilité politique exemplaire permet d’envisager pour 2013 une progression du PIB de 5%. Avec le développement de la pêche au thon et du tourisme chacun peut trouver un emploi.

C’est donc ce pays exemplaire qui va battre Pavillon à Grand Quevilly pour le plus grand bien de tous les normands qui désirent poursuivre la coopération économique, portuaire, culturelle et sportive avec ce pays.

F.H.

 

Print