Remise d’attestations de fin de stage de l’histoire des Seychelles pendant l’ère française


13-February-2013

Les employés du Ministère du Tourisme et de la Culture qui ont suivi des cours d’histoire de l’archipel couvrant la période française, entourés des hauts responsables du même ministère et des invités


Ces cours, qui se sont déroulés l’année dernière, ont eu comme facilitateur l’historien français Richard Touboul, qui avait mis sur pied une belle exposition sur l’ère française aux Seychelles jusqu’au transfert  de l’archipel aux Britanniques en 1814.

La cérémonie s’est déroulée en présence du Ministre du Tourisme et de la Culture, M. Alain St Ange, la secrétaire principale du tourisme, Mme Sherin Naiken et celle de la culture, Mlle Benjamine Rose, de la chef exécutive de la STB, Mme Elsia Grandcourt and du Chargé d’Affaires français à Mahe, M. Bernard Maizeret.
Dans son allocution, M. St Ange a souligné la nécessité pour tout peuple de connaître son histoire. 

« Il est important de connaître son passé pour mieux situer le présent et appréhender l’avenir », a dit M. St Ange.
Il a affirmé qu’une copie du Traité de Paris de 1814 lui a été remis récemment par M. Touboul qui, a-t-il ajouté, a fait montre d’un grand esprit de partage comme historien.

Après avoir mis sur pied, à Victoria, une merveilleuse exposition avec des tableaux, des cartes de navigation et d’autres documents, il s’est porté bénévole pour donner des cours d’histoire au personnel du Ministère du Tourisme et de la Culture.  

M. St Ange s’est déclaré tellement impressionné par l’exposition montée par l’historien français qu’il a sollicité un œuvre similaire de l’écrivain britannique, William McAteer, couvrant  la période 1814 jusqu’à l’indépendance en 1976.

Rappelant l’exposition qu’il a montée à la Bibliothèque Nationale, M. Touboul a estimé qu’il s’agit d’une coopération exemplaire entre les Seychelles et La France.
Il s’est déclaré satisfait que les cours ont été empreints de sérieux. « Il est  important de connaître l’histoire pour comprendre ce que nous sommes aujourd’hui », a-t-il dit.
Les cours entre le 10 et 23 octobre pour le personnel de la Musée et des archives se sont déroulés séparément de ceux de la STB.

Print