‘Les Seychelles sont un pays ami et allié pour la France’


10-July-2013

Le Président Michel et Madame la Ministre Lebranchu échangeant des cadeaux lors du dȋner à la Préfecture lundi soir
Pour sa part, le Président James Michel a dit que « seul on marche vite, mais à deux on marche plus loin. »

Il a expliqué que ce dicton créole résume en peu de mots les attentes et l’espoir sur lesquels il a fondé les retrouvailles.

« C’est fort de cette sagesse que j’ai entrepris cette visite. Non sans émotion, tant je garde encore de mon précédent séjour, en décembre 2006, de merveilleux souvenirs. Il me plait de constater que depuis cette date, nos rapports n’ont cessé de se bonifier pour devenir des relations exemplaires. La nomination d’un Envoyé Spécial auprès de votre île, en est aujourd’hui l’un des meilleurs symboles. Il en est de même de la fréquence des échanges de visites de haut niveau.  Ces visites témoignent de la confiance mutuelle qui existe entre nos deux iles. La visite que je viens d’entreprendre s’entoure d’une triple amitié : celle du cœur, de l’histoire et de la fraternité. A cet égard, je reste convaincu que, puisant leur force dans une tradition de coopération exemplaire, nos deux îles continueront d’approfondir leur partenariat exemplaire », a dit M. Michel avant d’échanger des cadeaux avec Madame Lebranchu.

Madame la Ministre Lebranchu a rappelé au nom du Président de la République française, M. François Hollande, que les Seychelles sont toujours les bienvenues en France, en métropole ou dans les départements d’outre-mer, et notamment à La Réunion.

Elle a profité de cette occasion pour inviter le Président Michel à assister au sommet de l’Elysée.

« Je forme le vœu que vous nous ferez l’honneur de votre présence, au sommet de l’Elysée, les 6 et 7 décembre prochains, lequel sera consacré à la paix et à la sécurité en Afrique, un thème qui ne laisse pas les Seychelles indifférentes. Nous nous en félicitons grandement, votre pays étant, à l’évidence, un facteur de paix et de stabilité dans cette zone stratégique de l’océan Indien », a-t-elle dit.

Print