Follow us on:

Facebook Twitter LinkedIn YouTube

Domestic

Alliance française des Seychelles | 28 August 2019

Alliance française des Seychelles

Anaël et sa famille d'acceuil et les autres etudiants de l'AFAB

Anaël Bodwell nous raconte son séjour en France

 

Cette année l’Alliance française des Seychelles a sélectionné sept enseignants seychellois de français et une apprenante seychelloise pour suivre des formations d’un mois en France avec des bourses financées par le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. C’est l’apprenante Anaël Bodwell qui a eu l’opportunité de réaliser un séjour linguistique et culturel à l’Alliance française d’Aquitaine-Bordeaux.

Anaël est une seychelloise très dynamique ! Elle travaille au bureau de l’auditeur général des Seychelles et étudie la comptabilité à mi-temps afin de devenir comptable agréé (Chartered Accountant). Elle est également co-fondatrice de l’association SYAH Seychelles.

 

Pourquoi avoir postulé à cette bourse ?

Anaël : Je veux passer l’examen du DALF C2 très bientôt, en décembre 2019, et je voulais être bien préparée en amont. J’étais certaine que ce séjour m’aiderait à mieux maitriser la langue française. Aussi, j’aime m’enrichir davantage des cultures d’autres pays francophones.

 

Pourquoi le français ?

Anaël : J’ai toujours aimé le français, je trouve que c’est une très belle langue. Je trouve aussi que la culture française est très riche de par son histoire, sa gastronomie, l’art. J’ai toujours rêvé de faire mes études en français, et grâce à cette opportunité j’ai pu toucher un peu à ce rêve. Mon but aujourd’hui est de finir mes études et d’obtenir mes diplômes dans un pays francophone.

 

Quel était ton état d’esprit avant d’y aller ? Avais-tu des appréhensions?

Anaël : Je dois admettre que j’étais un peu nerveuse à l’idée de voyager seule et d’aller dans une ville de France que je n’avais jamais encore visitée, mais j’ai bien été accompagnée par l’Alliance française des Seychelles dans toutes les démarches. Une fois arrivée à Bordeaux, j’ai passé un test de placement afin que je rejoigne une classe qui correspondait à mon niveau. En fin de compte, tout s’est bien passé et je me suis sentie très vite à l’aise.

 

Une fois sur place, est-ce que Bordeaux, la France, correspondait à ce que tu imaginais ?

Anaël : La ville de Bordeaux m’a beaucoup surprise, c’est un peu le « La Digue » de France. Les gens sont vraiment très aimables et très accueillants. Les conducteurs de bus disent tous « bonjour » à chaque passager qui monte dans le bus. Les chauffeurs s’arrêtent toujours pour laisser les piétons traverser la route, même si le feu est déjà vert pour eux ! Ça a vraiment été un accueil inoubliable. Pendant quelques jours il y a eu la canicule, la chaleur était vraiment insupportable, mais il y avait tellement d’activités amusantes à faire qu’on oubliait vite les 40 degrés ! J’ai aussi eu la chance de visiter Paris durant un de mes weekends libres. Je dois admettre que le séjour à Paris m’a fait apprécier Bordeaux encore plus. Paris était bondée de touristes et je n’ai pas vraiment eu l’occasion de pratiquer mon Français. Par contre, Bordeaux était très « française », il y avait beaucoup plus de jeunes dans la ville et aussi plus d’activités à faire. Bref, la France correspondait à tout ce que j’imaginais.

 

Les Français sont-ils accueillants ?

Anaël : Ah oui ! Très ! Je l’ai remarqué dès le moment où j’ai embarqué dans l’avion à Istanbul pour Bordeaux. Je me souviens que c’était les autres passagers bordelais, et non l’équipage, qui me proposaient de l’aide avec mes valises. (rires)

 

A quoi ressemblait ton quotidien là-bas?

Anaël : Le matin je me réveillais à 7h30 – ce qui fait est un peu tard pour nous les Seychellois, mais je me suis vite rendu compte qu’en général les Français commencent leur journée vers 9h ! A 8h, je prenais mon petit déjeuner avec ma famille d’accueil et les autres étudiants étrangers qui logeaient également là. Le petit déjeuner est très important pour eux, il y avait toujours une généreuse sélection de pains, de jambons, de yaourts et bien sûr de fromages! Ensuite, nous prenions le bus pour aller à l’Alliance française de Bordeaux et nos cours commençaient à 9h. Les transports en commun sont très fiables et bien organisés là-bas. Tous les après-midi après les cours, nous allions faire les activités organisées par l’Alliance française : des visites guidées pour découvrir la ville, les gens et la culture, des sessions de dégustation de vins, de fromages et de chocolats, des randonnées et excursions, ou encore des cours de cuisines. J’ai beaucoup apprécié toutes ces activités.

 

As-tu gardé contact avec les gens que tu as rencontré ?

Anaël : Oui, on se parle souvent via Facebook, Messenger et Instagram. On envisage de se rejoindre l’année prochaine dans une autre ville en France. Il y en a aussi quelques-uns qui veulent venir aux Seychelles pour des vacances.

 

Qu’est-ce que cette expérience t’aura apportée en général ?

Anaël : Je me sens très enrichie grâce à cette expérience. Mon niveau de français a beaucoup progressé grâce à cette immersion : je me sens plus à l’aise quand je parle et je fais moins de fautes. Je me sens vraiment prête pour l’examen du DALF C2. D’un point de vue plus personnel, cette expérience m’a rendu plus indépendante et je me sens plus sûre de moi-même. Je suis prête à relever n’importe quel défi. »

 

Quel est ton meilleur souvenir de ce séjour ?

Anaël : Mon meilleur souvenir est sans doute le dernier jour de cours. Cette semaine-là, notre professeur de français nous avait placés en petits groupes et chaque groupe devait travailler sur une thématique. On devait préparer une brochure et la présenter à une autre classe. On a travaillé sur le thème de la canicule. Les membres de mon équipe étaient de différentes nationalités et nous n’avions que la langue française en commun. J’ai adoré cet exercice, le défi était de vraiment tout faire en français, la difficulté était que le clavier de l’ordinateur et toutes les applications qu’il fallait utiliser étaient en français. La meilleure surprise est qu’à la fin notre équipe a remporté le premier prix ! J’étais vraiment fière! »

Vous souhaitez mieux connaître l’Alliance française des Seychelles ? Abonnez-vous à la page Facebook : Alliance Française Seychelles

 

 

Une contribution de l’Alliance française des Seychelles

 

 

More news