Follow us on:

Facebook Twitter LinkedIn YouTube

Sport

Jeux Olympiques de Paris en 2024 | 13 January 2021

Jeux Olympiques de Paris en 2024

Avec plusieurs champions, les karatékas Seychelles méritent d’être présents aux Jeux de 2024 à Paris

Une chance de participation pour les karatekas Seychellois

 

Les Jeux Olympiques de Tokyo prévus en 2020 sont, comme chacun le sait reportés du 23 juillet au 8 août 2021. Malgré les incertitudes liées à la crise sanitaire et une tendance à l’austérité, les Japonais tentent de garder le moral.

Le 22 juillet 2020, soit la veille de ce qui aurait dû être le grand jour de la cérémonie, d’ouverture des Jeux, les principaux sites Olympiques ont été illuminés aux couleurs de l’espoir. A vingt heures, un court métrage intitulé « encore un an, encore un pas » a été diffusé sur le site Tokyo 2020. Le scénario était simple, dans le stade Olympique désert, une jeune sportive japonaise, seule au milieu de la pelouse marchait d’un pas lent. Éclairée d’un mince faisceau de lumière, cette athlète de blanc vêtue s’est saisie de la flamme Olympique nichée dans une petite lanterne de bronze. Cette jeune fille, nageuse de l’équipe nationale, prononçait quelques mots, véritables symboles en cette période particulièrement difficile « Tokyo 2020 + 1 = la flamme est encore en vie ».

Tokyo voulait en réalité combattre la morosité ambiante avec cette simple cérémonie qui s’est déroulée sous une pluie battante. Reporter les Jeux était une décision dure à prendre. A l’époque un sondage pas très optimiste auprès des Japonais donnait 52% d’opposants à la tenue des Jeux en 2021. En juillet 2020, le coronavirus était dans la capitale Nippone de 300 contaminations par jour. Selon l’ancien Premier Ministre Yoshino Mori, la véritable cheville ouvrière du comité d’organisation, annuler les Jeux coûterait deux fois plus cher que de les maintenir et il n’était pas question d’une participation partielle ou même avoir des compétitions à huis clos.

 

Le président du COI à Paris

 

Thomas Bach, le président du Comité Olympique est venu à Paris, en France, pour parler des Jeux de Tokyo et bien sûr de ceux de 2024.

Les Jeux de Tokyo auront bien lieu du 23 juillet au 8 août 2021. L’organisation sera prête, le programme sera inchangé. Pour la Fédération seychelloise de karaté c’est une bonne nouvelle puisque leur discipline sera pour la première fois à l’honneur comme sport additionnel.

Il reste malgré tout une incertitude pour Paris 2024. Officiellement le karaté ne fait pas partie des quatre sports de démonstration. Le comité d’organisation de Paris 2024 a, en accord avec le CIO, proposé quatre disciplines qui attirent la jeunesse. Le break dance a été préféré à la danse moderne et latine, l’escalade est en réalité de l’alpinisme en salle, le surf qui ne pourra pas se dérouler à Paris et le skateboard a été préféré au Roller.

Le karaté pourrait après Tokyo, disparaitre du programme des sports de démonstration. La fédération française a décidé de réagir en effectuant un véritable lobbying auprès des élus en distribuant « des ceintures de l’espoir imaginées par une agence de publicité.

Aujourd’hui ce sont 110 ministres, députés et sénateurs qui ont apporté leur soutien à la requête de la fédération française. Il est vrai que cet art martial avec 14 titres aux quatre derniers championnats du monde dont 7 titres aux mondiaux de Paris en 2012 et 6 titres aux championnats d’Europe possède une belle réputation.

L’équipe de France cadets, juniors et espoirs est revenue des championnats du monde au Chili avec en 2019 une troisième place au rang des nations.

Pour la fédération française la décision de ne pas intégrer le karaté aux JO de Paris est regrettable à double titre. D’une part parce que le karaté représente en France 250 000 licenciés avec 35% de femmes dont trois d’entre elles ont remporté la médaille d’or aux championnats du monde de Linz en Autriche. Le karaté est un sport en France qui fédère les femmes et les hommes en mettant en avant l’excellence sportive et en transmettant des valeurs riches comme l’amitié, la liberté, l’éducation, l’universalité, le respect et la santé.

 

Le karaté n’a pas renoncé à son rêve Olympique

 

Le comité d’organisation des Jeux de Paris affirme que sa décision de ne pas choisir le karaté n’a pas été prise contre ce sport. Le nombre d’athlètes participant aux Jeux est de 10 500 pour l’ensemble des 28 sports y compris les quatre disciplines additionnelles. Le Cojo ne veut pas dépasser ce chiffre. Paris veut lutter contre le gigantisme et ne pas réaliser des installations qui ne serviront plus après la quinzaine Olympique.

Tout est question de finances ! Au cours du séjour du Président du CIO une visite des installations était d’ailleurs prévue.

Afin de maintenir les grands principes en matière de rigueur budgétaire. Les sites provisoires ont été passés en revue. Les propositions des fédérations internationales ont également été examinées. L’athlétisme voulait inclure une nouvelle compétition : un relais mixte, parmi ses disciplines mais pour cela il lui faudra éliminer une autre spécialité tout en respectant la parité hommes-femmes.

L’haltérophilie est en danger pour cause de dopage à répétition et risque de perdre sa place. En boxe, l’association internationale de boxe amateur (AIBA) est suspendue en raison des différents problèmes de gouvernance et d’ordre financiers. Le CIO s’est chargé des qualifications lors des tournois continentaux. Les catégories de poids ont été changées avec les moins de 52 kg, 57 kg, 63 kg, 69 kg, 75 kg, 81 kg et plus de 91 kg pour les hommes et 4 catégories pour les femmes. La Russie a été exclue des Jeux pendant deux ans à la suite de problèmes de dopage à répétition et cela fait plusieurs années que cela existe.

En dehors du karaté, sport additionnel pour 2021, trois autres sports de combat sont inscrits au programme des Jeux Olympiques. En 1896 à Athènes pour les premiers Jeux de l’ère moderne, la lutte côtoyait les huit autres sports : athlétisme, cyclisme, escrime, gymnastique, haltérophilie, natation, tennis et tir. La boxe fit son apparition en 1904 à Saint Louis (USA). Le judo est inscrit au programme des Jeux depuis Tokyo en 1964. En 2000, à Sydney, le taekwondo attribua quatre titres Olympiques chez les femmes et les hommes. Comme les organisateurs se reverront prochainement, le karaté espère toujours une place dans le programme en proposant la participation de 50 athlètes soit 0,50% des 10 500 athlètes prévus par la charte Olympique sans que cela ne change la vision que le comité d’organisation a des Jeux de Paris 2024.

 

La Fédération de karaté des Seychelles possède un beau palmarès

 

En octobre 2019, à Gaborone, la capitale du Botswana, Steve Marie remporte le titre Africain en gagnant trois médailles d’or. Mastura Shah-Faure, la camarade d’équipe de Steve, s’est imposée dans ce championnat continental en s’attribuant deux médailles d’or. Les membres de la Northern Tang Soo Do Studio avaient fait grosse impression en remportant 15 médailles dont six en or, six en argent et trois en bronze, une performance qui impose le respect.

Il est bien évident que ces résultats ont permis l’augmentation de ceintures noires dans ce club dynamique. En dehors des brillants résultats de ses adhérents, les juges licenciés au club ont participé de façon active aux séminaires de formation et de recyclage.

En dehors des athlètes et juges de haut niveau, les Seychelles possèdent en leur rang Shihan Philip Moustache le directeur continental de la Zone Afrique et excusez du peu, élevé au grade de septième Dan. Il est bon de rappeler les brillants résultats de la Karaté School ayant à sa tête Luigi Adrienne, Lucianno.

Le Northern Tang Soo Do Team ne se contente plus de briller sur le continent africain et est parti à la conquête de l’Europe en participant aux championnats internationaux de Hollande en 2019. Le succès fut complet avec 32 médailles obtenues par David Boniface, Steve Marie, Alvin Bistroquet, Mastura Shah Faure, Dean Athanase, Martin Cedras, Jean-Paul Philo, Tara Michel, Justine Madeleine, Daniel Bedier, Lindy Bedier, Joseph Bibi et Louis Vidot.

Avec de tels champions, les Seychelles méritent d’être présents aux Jeux de 2024. Plusieurs clubs de Normandie sont prêts à accueillir ces sportifs aux cours de stages ou de compétitions organisés entre 2022 et 2024 afin de leur permettre de s’entrainer et de progresser.

 

Le karaté mérite assurément la reconnaissance

 

Si le judo est devenu un sport respecté et universel, le karaté et le taekwondo sont encore méconnus sur le plan planétaire. La plupart des arts martiaux viennent du Japon tandis que le taekwondo a été créé en Corée.

Le judo a bénéficié de sa grande exposition lors des jeux de Tokyo en 1964. Le taekwondo, quoique inscrit aux Jeux depuis Sydney en 2000 est toujours à la recherche d’une action médiatique le consacrant comme un sport universel. Le karaté a raté « le Coche » en plusieurs occasions afin de rejoindre son frère ennemi du judo. Le karaté est né dans l’île d’Okinawa point de rencontre traditionnelle des cultures chinoises et japonaises. L’emploi des armes étant interdit cela obligeait les habitants à mettre au point des méthodes de combat en se servant uniquement de leurs pieds pour se défendre face à l’ennemi qui utilisait des sabres et des lances. Lorsque le karaté fût introduit dans les écoles, les médecins découvraient que les pratiquants de ce sport étaient en meilleure santé que leurs camarades du même âge. Chaque expert voulant imposer sa technique, le karaté fût pratiqué de différentes façons même si le respect, la courtoisie et le salut font partie des différents enseignements.

Dans le karaté il n’y a pas d’attaque, car les mains et les pieds sont aussi mortels que la lame d’un sabre. Il faut donc faire preuve de pondération, de patience et de contrôle de soi. Dans ce sport le mental prime sur la technique. Le karatéka doit s’astreindre à un entraînement très sérieux. Outre la répétition des gestes techniques, la préparation physique doit être soignée tant au niveau cardio respiratoire que musculaire. Les exercices d’assouplissement sont indispensables pour ces athlètes complets.

 

                          

 

 

Jean Claude Van Damme et Jackie Chan les pionniers

 

Jean Claude Van Damme est un pratiquant de karaté né en Belgique et devenu acteur et producteur de cinéma. Ce grand sportif qui pratiquait les arts martiaux depuis dix ans est parti vivre aux États Unis dès l’âge de 22 ans après avoir obtenu sa ceinture noire.

En 1985 ce baroudeur obtient un rôle de méchant karateka. Après quelques échecs Van Damme va obtenir des succès mondiaux en jouant des rôles en rapport avec des actions de karateka, de kick boxeur et c’est la gloire et les spectateurs se pressent aux guichets des cinémas.

Avec un cachet de huit millions de dollars, Van Damme devient très riche. De ce fait le karaté et les arts martiaux sont de plus en plus populaires dans le public. Peu avant la fin du siècle dernier cet athlète complet s’adonne à la drogue et c’est la dégringolade qui le dirige vers la ruine financière. Malgré tout le karaté lui doit beaucoup au niveau de sa popularité.

Jackie Chan est un spécialiste de karaté et des arts martiaux mondialement connu dans ses films d’actions. Originaire de Hong Kong et débordant d’énergie, Jackie est apparu dans un film de cinéma dès l’âge de huit ans. Ses exploits en karaté, en arts martiaux et en cascades le font monter rapidement dans la hiérarchie cinématographique. Les parents de Chan étaient employés à l’ambassade de France de Hong Kong. C’est ainsi qu’il apprit le français, l’anglais ainsi que plusieurs langues et dialectes chinois. Après avoir vécu avec ses parents en Australie ce diable d’homme devient professionnel de …boxe thaïlandaise lors d’un séjour à Bangkok puis se rend à Berlin pour le tournage » du Tour du monde en 80 jours ».

En 2009 Chan reçoit un doctorat de l’université du Cambodge puis participe aux 24 heures du Mans automobile ce qui explique la faculté d’adaptation de « se touche à tout » !

Très riche, Chan s’éloigne progressivement des arts martiaux et à beaucoup apporté à son sport qui aurait bien besoin de lui pour faire admettre le karaté aux Jeux Olympiques de Paris en 2024.

 

Francis Herbet

More news